Ho'oponopono


Le Hoʻoponopono (ho-o-pono-pono, parfois traduit en « remettre les choses en ordre », « rétablir l'équilibre ») est une tradition sociale et spirituelle de repentir et de réconciliation des anciens Hawaïens. Des coutumes identiques de thérapie familiale se retrouvent aussi dans toute la région de l'océan pacifique. Le hoʻoponopono traditionnel était dirigé par un ou une kahuna lāʻau lapaʻau (prêtre guérisseur) pour guérir les maladies physiques ou psychiques au sein des groupes familiaux. La plupart des versions modernes sont conçues de telle façon que chacun puisse le faire seul. 

Dans le Hawaïan Dictionary  hoʻoponopono est défini comme « purification spirituelle, une réunion familiale, durant laquelle les relations sont rétablies par des prières, l’acte de contrition, la repentance et le pardon mutuel. » Le mot hoʻoponopono se compose de hoʻo qui signifie « commencer une action » et pono qui signifie « bonté, honnêteté, moralité, qualités morales, actions correctes et justes, excellence, prospérité, attention, utilité, état naturel, devoir, juste, équitable, droit, approprié, détendu, soulagé, devrait, aurait, doit, nécessaire ; » ponopono signifie « remettre en ordre; juste, retravaillé, harmoniser, corriger, régulariser, ordonner, nettoyer, ranger, agir correctement. » (source wikipedia)

 

 

Morrnah Simeona (1913-1992)

Libération du Karma

Morrnah Simeona (1913-1992), une kahuna lāʻau lapaʻau, commença en 1976 à adapter l’ancien hoʻoponopono aux réalités sociales de notre temps. À celles-ci, elle ajouta aussi bien un procédé de résolution des problèmes généraux qu’une thérapie d’entraide psycho-spirituelle, que chacun peut pratiquer seul.

La version de Simeona a été influencée par son éducation chrétienne (protestante et catholique) ainsi que par ses études philosophiques sur l’Inde, la Chine et Edgar Cayce. Elle a relié la tradition hawaïenne avec des prières au Créateur Divin et décrit - autrement que ce qui est connu dans la culture polynésienne - les problèmes comme le résultat du karma négatif, ou que l’on doit vivre soi-même ce que l’on a fait subir aux autres ; en conséquence, on est le créateur des circonstances de sa propre vie. Tout mauvais comportement est gravé dans la mémoire de la personne ainsi que dans celle de chaque être et objet, qui sont présents lorsque ces causes se sont passées. Elle écrivit : « Car la loi de cause à effet sévit sur chaque être vivant à chaque moment, le but principal de son procédé est de se libérer des expériences malheureuses et négatives vécues dans les réincarnations passées et d’effacer sans surmenage les chocs psychiques gravés dans la mémoire. »       Les liens karmiques avec les personnes, objets ou lieux empêcheraient un développement libre, pour cette raison « la purification (spirituelle) est nécessaire à l’évolution de la conscience. » Son procédé en 14 étapes dissoudrait ces liens karmiques. Simeona refusait les mantras ou les exercices de conditionnement mental.

(Ihaleakala) Docteur Hew Len

La version de Hew Len

En 1992, (Ihaleakala) Hew Len, ancien étudiant et administrateur de Simeona, est devenu l’instigateur de son organisation. Coauteur d’un livre, il dit enseigner le hoʻoponopono de Simeona. Contrairement à l’enseignement de Simeona, ce livre propose de « conduire l’Homme au statut-zéro, où il aurait des possibilités infinies, pas de mémoire, pas d’identité. » Pour atteindre cet état, que Len nomme l'Identité de Soi, on devrait répéter incessamment un mantra : « Je t’aime, je suis désolé, pardonne-moi, merci. » Len enseigne aussi son idée de la responsabilité à 100 % pour les actions commises non seulement par soi-même, mais aussi pour celles des autres. Il écrit : « Lorsqu’on prend la responsabilité de sa vie, tout ce que l’on voit, entend, sent, ou apprend d’une façon ou d’une autre, on en est totalement responsable puisque cela fait partie de la perception de la propre vie. Le problème n’est pas la réalité à l’extérieur de soi, il serait à l’intérieur ; et pour changer cette réalité, on devrait se changer soi-même. La responsabilité totale comprendrait, que tout le vécu est une projection de l’intérieur de l’Homme. »


Une méthode efficace pour nettoyer nos mémoires et nos croyances est déjà de comprendre qui est responsable ! Si nous pensons être une victime de la vie, des circonstances, de nos échecs, nous faisons fausse route. Notre part de responsabilité dans tout ceci est de 100 %, même si ce n'est pas de notre faute. Le monde que nous créons, nous le faisons à partir de nos pensées qui deviennent nos actions et ensuite nos résultats. On peut ainsi dire que notre monde est notre reflet, notre miroir. Si le matin,  vous voulez changer le visage qui se trouve dans votre miroir, est-ce qu'il, vous viendriez à l'idée de maquiller ou de raser ce miroir. Non, bien sûr ! Il en va de même pour changer ce qui ne va pas dans votre vie. C'est à partir de vous que tout ce fait, sinon, c'est comme si vous vouliez le faire sur votre miroir. Le monde est votre miroir ! Tout le reste est peine perdu. La méthode que je vous conseille de comprendre et de pratiquer chaque jour, une méthode qui fait miracle dans le développement personnel, s'appelle Ho'oponopono. C'est une méthode ancestrale 'Hawaïenne'. Je l'applique chaque jour, et je l'ai très très souvent conseillé. Je peux vous dire que les résultats sont impressionnants pour qui la pratique avec sérieux et souvent.

Comment pratiquer Ho'oponopono Auto-Identité.

Vous comprendrez ici pourquoi l'intellect ne dispose pas de ressources pour résoudre les problèmes, il peut seulement les diriger, mais cela ne résout pas les problèmes. En faisant Ho'oponopono vous demandez à Dieu, à la Divinité, de nettoyer et purifier l'origine de ces problèmes, qui sont des souvenirs, des mémoires. Vous neutralisez ainsi l'énergie associée à une  certaine personne, à un lieu ou une chose. Dans le processus, cette énergie est libérée et est transmise en lumière pure par la Divinité, et en vous, l'espace libéré est rempli par la lumière de la Divinité. C'est pourquoi, dans Ho'oponopono, il n'y a pas de faute, il n'est pas nécessaire de revivre ses souffrances. Il n'importe peu de savoir le pourquoi du problème, ni d'où vient la faute, ni son origine.

Au moment où vous remarquez en vous quelque chose d'inconfortable par rapport à une personne, un lieu, un événement ou une chose, entamez le processus de nettoyage, demandez à Dieu : "Divinité nettoie en moi ce qui contribue à ce problème."

Utilisez alors les phases de cette série : "Je suis désolé. Pardonne-moi. Merci. Je t'aime".

Quelques fois, vous pouvez seulement choisir certaines d'entre elles qui vous viennent à l'esprit à ce moment-là et les répéter. Laissez-vous guider par votre intuition.

Quand vous dites "Je suis désolé", vous reconnaissez que quelque chose ( il n'importe pas de savoir quoi) a pénétré dans votre système corps/esprit. Vous demandez le pardon intérieur pour lui avoir apporté cela.

En disant  "Pardonne-moi ", vous ne demandez pas à Dieu de vous pardonner, vous demandez à Dieu de vous aider à vous pardonner (à vous-même). 

"Je t'aime", transmute l'énergie bloquée (qui est le problème) en énergie circulante, en vous unissant à nouveau à ce qui est Divin.

"Merci" est l'expression de votre gratitude, votre foi dans le fait que tout sera résolu pour le bien de tous. A partir de ce moment ce qui arrive ensuite est déterminé par la Divinité, vous pouvez être inspiré à faire une certaine action, quelle qu'elle soit. Si vous continuez à douter, persistez dans le processus de nettoyage et, quand tout sera complètement nettoyé, vous obtiendrez la réponse.

Rappelez-vous que ce que vous voyez d'erroné dans l'autre existe aussi en vous, nous sommes tous Un, par conséquence toute guérison est auto-guérison. Dans la mesure où vous vous améliorez, le monde aussi s'améliore. Assumez cette responsabilité. Personne d'autre a besoin de pratiquer ce processus, seulement, vous.

Il n'existe aucune règle par rapport à l'ordre des phrases. Utilisez la série qui vous convient le mieux, celle qui est le plus en accord avec le moment. Vous pouvez en utilisez une ou deux. Généralement, seulement "Je t'aime" apporte la solution. L'aspect principal est que nous sommes en train d'apprendre à nous mettre en rapport avec notre Subconscient, connu dans la transition hawaïenne sous le nom d'Unihipilli. Il est responsable des mémoires, il les reçoit et les stocke, et les répète en boucle conformément à sa programmation. Il est celui que nous devons apprendre à aimer, en lui demandant pardon pour notre manque de considération et de communication. Il existe des détails sur ses caractéristiques qu'il n'est pas nécessaire d'aborder ici, mais qui sont expliqués et illustrés par la suite dans un texte du Dr. Len. L'important est de savoir que nous nous intégrons avec notre Subconscient en demandant à la Divinité de nettoyer les mémoires répétitives qui produisent les conflits, les problèmes, les blocages d'énergie, qui se deviennent des indispositions, psychiques et physiques.

Pensez les phrases à tout moment, jour après jour, maintiendra une attitude vibrante de bien-être et de compréhension, par rapport à toute chose que vous rencontrez. Avant de sortir de la maison, demandez à Dieu : " Qu'il nettoie en vous ce qui peut-être la cause d'un conflit ou d'un problème au travail." (par exemple).

Au cours de la journée, si vous ressentez un quelconque malaise, ou un sentiment d'inconfort que vous apporte une certaine mémoire, ou non, ne vous unissez pas à ce sentiment "malheureux" et demandez à Dieu de nettoyez les mémoires qui le produisent.

Une phrase très utile peut-être pensée : " Mes mémoires je vous aime ! Je vous remercie de l'opportunité que vous me donnez de vous libérer et de me libérer !"

Continuez avec la phrase ou les phrases, pendant le temps que vous voulez. Le changement est remarquable. Dans des situations difficiles, où vous pouvez vous sentir désemparé, quand les émotions sont en déséquilibres et que les pensées arrivent de façon désordonnée en produisant davantage de peine, dites la prière de Morrnah.

Prière qui couvre tout et tout le monde, comme un véritable baume spirituel.


PRIERE DE GUERISON DE LA KAHUNA MORRNAH SIMEONA

(Morrnah lisait cette incantation seule eu en présence de la personne qui demandait son aide):

"Créateur Divin, Père, Mère et Fils qui ne font qu'un, si moi, ma famille, mes proches ou mes ancêtres vous ont offensé ou ont offensé votre famille, vos proches, ou vos ancêtres en pensées, en mots, en actes ou en actions depuis le début de la création jusqu'à aujourd'hui, nous implorons votre pardon... Puisse tout cela être nettoyé, purifié et libéré. Que tous les blocages, les mémoires, les énergies et les vibrations négatifs soient coupés. Puissent toutes ces énergies indésirables être transmutées en pure lumière. Ainsi soit-il."

Le Dr Hew Len aime bien effectuer la guérison en disant d'abord : "Je suis désolé et s'il te plaît, pardonne-moi". C'est une manière de reconnaître quelque chose - sans savoir ce que c'est - qui se trouve dans notre système physique ou mental. Vous ne savez pas nécessairement comment cela s'est retrouvé en vous. Vous n'avez pas besoin de le savoir. Si vous avez un surplus de poids, vous avez simplement attrapé le programme qui permet à cette situation de se manifester. En disant : "Je suis désolé", vous affirmez au Divin que vous souhaitez vous pardonner intérieurement à propos de tout ce qui a pu occasionner cette situation. Vous ne demandez pas au Divin de vous pardonner, vous demandez au Divin de vous aider à vous pardonner vous-même.

Après quoi, vous dites : "Merci" et "Je t'aime". Quand vous dites : "Merci", vous exprimez votre gratitude. Vous démontrez que vous croyez que la situation se résoudra de la meilleure façon en fonction de tous les intérêts concernés. "Je t'aime" transmute les énergies bloquées en un flot limpide. Il rétablit la connexion entre vous-même et le Divin. En exprimant l'amour, vous commencez à atteindre l'état zéro qui est pur amour et où il y a zéro limite.

 

Ce qui se produira ensuite appartient seulement au Divin. Vous pourrez être inspirés d'exécuter une quelconque action. Si c'est le cas, faites-le. Si vous vous doutez de l'action à accomplir, utilisez cette même méthode pour éliminer votre confusion. Quand vous serez nettoyé, vous saurez quoi faire.

  Joe Vitale ("zéro limite", éditions le dauphin blanc)


Récupérez votre pouvoir personnel et retrouvez en vous la paix intérieur
Transformez votre vie pour le meilleur en apprenant à utiliser Ho’oponopono

Pour le savoir, cliquez sur le lien, ci-dessous...


                                            Je suis désolé, pardonne-moi s'il te plait, merci, je t'aime....



Recevez gratuitement... cartes outils et prière ho'oponopono


En ce qui concerne la guérison, nous voulons des résultats en un instant, et souvent, on ne tient pas compte du fait que la maladie (c’est-à-dire cet ensemble de données prise au piège) a pris du temps pour se former, a accumulé la colère, les mots, les sentiments et la culpabilité, nous atteignons un point dans lequel il est important d'abaisser la garde.


C'est certains qu'il y a des maladies qui ne devraient pas exister, cependant, vous devez laisser la possibilité de comprendre que, qui ne donne pas l'attente est toujours la pensée ou l'esprit. C'est elle qui ne veut pas vous donner le temps dont vous avez besoin. La voix qui vous dit que vous êtes sérieux ! Ou que vous allez mourir !, entre mille autres choses. Mais ceci n’est jamais vrai, du moins pas comme votre esprit le montre.


Nous avons connu la colère depuis longtemps, et nous avons senti qu’il est plus que juste de rester avec lui, laissez-le dedans, pris au piège, tout fait mal, ça fait mal. Et la douleur (qui est aussi une voix de l'esprit), nous accompagne, nous soutient, nous fait croire étrangement, qu’il est la vengeance, la justice que d'autres parties n'ont pas reçu la récompense pour les dommages subis.


Et plusieurs fois, cela est silencieux, honte parce que nous reconnaissons que nous sommes en colère, nous nous sentons désolés d'être spirituels et éprouver la colère, et cette colère nous fait mal, et nous refoule. Et il y reste pendant une longue période, jusqu'à ce qu'une douleur physique apparaisse, pour nous faire prendre conscience et bien qu’il sache tout cela, nous avons commencé un processus de pardon.
Mais parfois, pour aucune raison, nous craignons cela : et ce grand amour dont vous parlez ? Et toute votre spiritualité ? Et tous ces ateliers que vous avez payés ? Où sont-ils ? 
Et tout cela n’est plus rien, mais dans la poubelle de l’esprit. Cependant, nous craignons la grande réponse : juste là. Dans chaque colère qui peut venir à la lumière dans notre obscurité. Parce que nous ne pourrons plus jamais comme avant, mais maintenant nous le faisons, parce que se mettre en colère consciemment est un luxe, quelque chose que vous devez apprendre à accepter, à remercier, avec amour.
Combien de choses silencieuses avez-vous ? Combien de choses avez-vous pour plaire et qui est réprimée par la société que nous consommons ? Combien de mots (maux) avez-vous était ? Combien de souvenirs avez-vous à faire taire et qui ne doit pas être jugé ? Combien de colère avez-vous sauvé par simple imprudence ou incorrecte ? Combien de silence, forcé, caché ?


Permettez-moi de préciser, je ne dis pas qu’il faille aller se battre ou à faire face aux choses ou situations extérieurs blessantes, car votre propre colère (inconsciemment) et leurs réponses à votre plainte, vont vous mettre encore plus en colère ou des ressentiments deux fois plus. Juste se parler seul avec vous-même. Votre colère est votre projection comme un miroir. Je vous dis seulement d'être avec vous-même, et vous faites ce que vous avez à faire pour vous libérer. Écrire libère les blocages, faire des séances d'EFT avec un thérapeute et surtout pardonner. Pas une seule fois par jour, mais chaque fois que vous le pouvez.
J'espère donc que, dans ce processus d'auto-guérison avec beaucoup de patience, et aussi l'amour, vous vous pardonnez, en silence, avant d'exploser vers l'intérieur. Pardonnez-vous. Avec cet immense cœur qui vous a été donné à la naissance. Pardonnez-vous. Que ce monde est venu pour pardonner à soi, aux autres. Rien de plus.

 

Ho’oponopono (je suis désolé, pardonne-moi, merci, je t’aime)

 

 

Les humains sont les êtres les plus braves de la création. Et nous le sommes parce que la vie comme nous la concevons, nous surprend à chaque instant. Nous ne savons pas ce qui va arriver dans la prochaine étape du voyage, mais nous sommes prêts à y faire face. Et si nous ne sommes pas prêts, pour les mêmes circonstances, ils nous enseignent.

L'une des choses que nous avons apprise était sur notre relation avec nous-mêmes, parce que cela dépend du monde que nous voyons à l'extérieur. Cette relation dépend de ce qu’est la beauté ou la douleur. Et que l'apprentissage est l'amour essentiel.
Une personne qui, pour ses performances est toujours triste, verra un monde qui émet seulement la douleur. Une personne qui pour ses performances est toujours plein de ressentiment, croient que les autres ont tort et doivent changer. Une personne qui pour ses performances est toujours en colère, prête à riposter, estimant que, dans cette vie, nous devons apprendre à se défendre. Une personne qui pour ses performances a toujours ce sentiment coupable, ne pourra pas faire confiance, parce qu'il voit le monde extérieur trop hostile. Une personne qui, par leurs interprétations a réveillé, considère ce monde comme une excellente occasion d'aimer.
Eh bien, nous savons maintenant que le monde que nous voyons qui semble si étranger, donc à part, donc incohérent, si loin, si insensible, si soudain, si étranger, provient de quelque chose qui est à l'intérieur, la pensée. Nous pouvons nous demander : est-ce que nous aimons vraiment nos créations ? Je t’aime vraiment ?
Sans parler des êtres humains qui nous entourent et semblent extérieur, lointain, séparé. Parlons de ceux qui vivent avec nous à la maison. Ses actions sont nos créations inconscientes. Ils apparaissent à partir de notre conscience. Refléter le caché, comment nous nous sentons à propos de la vie et de nous-mêmes.
Et ce qu'ils aiment, nous les acceptons, nous les honorons, car ce sont nos créations. 
Je l'espère, ou tout au moins, nous sommes sur la bonne voie à elle. Nous avons compris l'importance de cela. Le seul moyen disponible est à travers ses succès et ses échecs. En les regardant, ses erreurs que nous avons pu voir, ce que nous avons besoin pour les transcender.

Transcender est le mot. Et cela peut signifier : corriger une erreur, illuminant une croyance. Pour convertir en lumière, l'obscurité. Sentez-vous tout ce que nous ressentons et voyons dans cette personne, ne parle que d'une chose, la relation que nous avons avec nous-mêmes.

Pour l'aimer, c’est d'aimer nos créations. Commencer à avoir une belle relation avec vous, avec moi, avec nous. Aimez comme il est, cela signifie embrasser quelque chose qui est planté dans notre propre jardin secret. L'amour, inconditionnellement, rend le monde meilleur.

 

Une fois que cela a été intégré, le monde va devoir changer. Il sera parfait. Brillant. Un avec vous.